SURVOL – Sur la route des vacances, nos voyages d’un jour riment à tout coup avec détente et découvertes.
L’ami Lejardinier en bonne compagniePhoto à la une : L. Couture
Route des Gerbes d’Angelica

Il y a dix ans, dix-neuf entrepreneurs fort originaux, âgés entre cinquante et soixante-quinze ans et ayant un intérêt certain pour les voyages et l’horticulture, décidèrent de léguer leur goût de la découverte aux générations montantes et aux amateurs de la nature, en s’embarquant dans le projet un peu fou de créer des jardins.

Entrepreneurs-jardiniers

Pour ce faire, ils ont fait l’acquisition d’une terre agricole située à Mirabel, avec l’intention d’en consacrer sept acres et demi à la réalisation de quatorze jardins thématiques. Ainsi, au fil des ans, chacun de ces jardins prendra ses formes, ses teintes, son monde sonore, sa signification et sa particularité propre, révélant ainsi l’énergie, l’âme et le monde imaginaire de ses fondateurs.

Avec l’approbation des gens du milieu et le désir de respecter l’infrastructure, la morphologie écologique des lieux, émergèrent des jardins, ayant pour mascotte la belle Angelica, nom d’une plante cultivée sur place : l’angelica archangelia L. Encore aujourd’hui, certains des entrepreneurs demeurent tout près de l’entrée principale, dans une maison intégrée aux jardins et travaillent encore sur les lieux. Ils en ont fait en quelque sorte un véritable style de vie. À l’exemple de Marguerite Yourcenar, ils vivent leur rêve, leur dépaysement en voyageant sur place au gré des saisons.

Des jardins comme maîtres

Vers 10 heures, ce matin-là, nous avons été chaleureusement accueillis par l’une des fondatrices tout de vert vêtue. Âgée de quatre-vingt-cinq ans, celle-ci fut infirmière, mère de six enfants, agente d’immeuble, peintre, bref une femme ayant fait de la vie un lieu d’échanges et de découvertes. Après quelques mots de bienvenue, elle nous a invités à visiter les jardins, en commençant par là où se trouve la mascotte géante d’Angélica, tout près de la demeure.

Chemin faisant, nous croisons une enseignante retraitée avec des mains qui peuvent non seulement manier la craie des tableaux noirs, mais également procéder à l’entretien, au développement et à la croissance des jardins. Elle porte à notre attention l’aspect rustique et champêtre des lieux, par lequel elle découvre l’art d’intervenir au quotidien. Car, affirme-t-elle, elle n’est pas une spécialiste en horticulture et cela ne semble pas l’inquiéter outre mesure, puisque la nature est son maître.

Des plantes ajustées à nos saisons

Louis et moi, poursuivons notre visite en notant que dans leur choix de plantes, nous retrouvons nombre de variétés, d’espèces qui nous sont déjà familiers dans les Jardins diversiformes qui, avec leur acre et quart, n’occupent qu’un septième de la surface des jardins d’Angelica. Ces plantes si bien ajustées à la rusticité de notre climat produisent chaque année de belles formes et de grands massifs de couleurs.

Avec leurs potagers, leurs jardins de style français, anglais ou québécois, des clins d’oeil sont faits, ici et là, à la vie à la ferme, le tout accompagné de musique ou de sons suivant la thématique des lieux. Jeunes et moins jeunes ne cessent de découvrir formes, couleurs et odeurs. Créations et originalités. Sans compter le nombre de sculptures-structures antiques et contemporaines qui les habitent.

Beaux pour les yeux, bons pour le ventre

Nous faisons un bref arrêt à la boutique pour découvrir Les Trouvailles d’Angelica et les créations culinaires souvent faites à partir le plus souvent des produits de ce terroir. Car ceux-ci ne donnent pas seulement à voir, mais également à savourer. En cet avant-midi frais de la fin août, un bon café et quelques fruits secs nous redonnent un regain d’énergie pour poursuivre notre visite.

Un lieu invitant

La responsable à l’accueil en profite pour venir de nouveau échanger avec nous, alors qu’arrive un autobus ayant à son bord quelques passagers et une femme en fauteuil roulant. Une troisième jardinière, également de vert vêtue, va à sa rencontre. L’attention si humaine qu’elle porte à cette nouvelle visiteuse est fort révélatrice de l’ouverture d’Angelica aux autres, peu importe leur état de santé physique.

Deux femmes, tout près de la table où nous nous trouvons, nous demandent si nous voyageons souvent ensemble, comme nous, elles ont le coeur à la fête. Et comme nous, elles n’en sont pas à leur première visite.

Nous poursuivons et terminons la visite des potagers, puis avant de quitter, je tiens tout spécialement à revoir la Forêt enchantée, une sorte de jardin-cathédrale où la terre se marie avec le ciel.

Bravo à ces femmes qui, en cette belle journée, nous ont permis d’aller aux racines même de notre écohumanité !

RENSEIGNEMENTS :
www.gerbesdangelica.com

error: Contenu protégé !

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

Share This