Ah ! Les mélanges de fleurs rustiques et de fleurs dites plus nobles ! Vive les différences ! Regardez comme ces marguerites des champs et ces géraniums vivaces embellissent nos Jardins diversiformes !

SURVOL – La pandémie du coronavirus fait en sorte que chacun/chacune doit maintenant y aller très prudemment et apprendre à composer avec un monde devenu hostile…

Photos : L. Couture

​Depuis mars 2020, un virus voyageur nous joue un vilain tour. Au contact du nouveau coronavirus, plusieurs d’entre nous risquent de développer la covid-19, une maladie mortelle pour bien des gens et particulièrement pour les personnes âgées.

À l’écoute des recommandations des différents paliers de gouvernements, nous subissons le fameux CONFINEMENT, une réalité vécue très difficilement par bien des gens.

DANS L’ŒIL DU CYCLONE, MON VOILIER VOGUE EN PAIX

Pour ma pART, j’aime toujours ce monde dans lequel je vis. Ensemble, nous voyageons à bord d’un grandiose VAISSEAU SPÉCIAL.

La TERREqui nous a donné la vie nous offre depuis des millénaires ses merveilles. L’habiter, c’est un grand privilège. Mais, cette pandémie nous plonge dans le doute et l’anxiété.

Et justement, l’autre jour pour me changer les idées, je jardinais en regardant les premiers PISSENLITS du printemps…

Tout autour, il y avait des ÉCUREUILS, des OISEAUX et un LIÈVRE. Et tout ce petit monde se sauvait de moi avec frayeur, dès qu’il me voyait le bout du nez. Ben voyons donc !?!?

Je me suis alors arrêté net ! Pourquoi ces bêtes avaient-elles si peur de moi ? NOUS LES HUMAINS sommes-nous aussi épeurants que ça ?

C’est à ce moment précis que dans mon for intérieur le fameux mot « HOSTILE » a fait surface comme un vieux bouchon de liège usé et oublié. Un pas de plus, et le couple MONDE HOSTILE s’est incrusté entre mes deux oreilles.

UN RÉVEIL BRUTAL

Je pense que c’est effectivement la première fois que nous devons, tous et toutes – simultanément – apprendre à composer avec UN MONDE DANGEREUX, voire hostile. Une nouvelle donne lourde et inquiétante pour l’ensemble de la population de bien des pays.

Avec raison, on est sous le choc depuis le début de l’URGENCE SANITAIRE. Cette nouvelle réalité nous plonge dans un grand désarroi.

Nombre de personnes viennent peut-être soudainement de réaliser à quel point notre liberté d’hier était fragile et comment il est difficile de vivre dans UN MONDE MENAÇANT. Quelle corvée d’avoir à se protéger contre un ennemi invisible et pratiquer la « distanciation sociale » !

Un peu partout, la VIE vient de se transformer en mode SURVIE. Des mois historiques inoubliables. Un véritable cauchemar dont on aurait pu se passer.

Ainsi, PEU IMPORTE l’âge, le sexe, l’ethnie, la couleur de la peau, la forme des yeux, la religion, l’ORIGINE, la LANGUE, la culture, le statut social, la classe, le niveau d’éducation ; RICHES et PAUVRES, il semble que nous soyons tous et toutes menacés, également, par un petit virus.

Oui, un tout petit virus, qui fut probablement sécrété par une de ces PETITES BÊTES SAUVAGES traquées et capturées un beau jour d’automne 2019, par un humain comme les autres, puis une bête vendue dans un marché public chinois où quelqu’un a contracté le germe de la maladie maintenant devenue planétaire.

On peut aussi se demander quel impact aura cette épreuve sur la jeunesse actuelle, sur les enfants, et sur la société de demain. Cette expérience traumatisante nous mènera-t-elle vers UN MONDE MEILLEUR ou pire que celui que nous venons de quitter ?

DU PERSONNEL À L’ENSEMBLE DE LA SOCIÉTÉ

Depuis des mois déjà, un stress inédit s’est emparé de la population : si on ne prend garde, chacune de nos sorties et de nos rencontres sociales est potentiellement dangereuse.

Cette rupture avec le train-train quotidien, personne ne l’avait vue venir, sauf certains SCIENTIFIQUES, comme la lumineuse Fred Vargas*. Des gens qui ont vite été ridiculisés et passés sous silence. L’INCRÉDULITÉ demeure une marque de commerce si populaire en temps de crise et de pandémie annoncées.

Jusqu’en février 2020, il était tout naturel de voguer sur une inébranlable NORMALITÉ sociale et économique. C’est comme cette vieille et triste histoire : un beau jour, une multitude de passagers privilégiés a embarqué gaiement sur le merveilleux Titanic…

Pourtant dans nos sociétés, bien des gens dits DIFFÉRENTS ont déjà expérimenté et vivent encore l’EXCLUSION et l’hostilité d’une partie de la population à leur égard. Ils ont fait l’expérience de vivre dans un monde qui les trouve « ÉTRANGES »,  et parfois éternellement étrangers.

De cette désagréable expérience, on peut se demander s’ils n’auraient pas développé des sortes d’ANTICORPS SOCIAUX pour mieux résister à l‘intolérable.

La pandémie de 2020 vient bien entendu nier cette hypothèse farfelue qui voudrait donner une longueur d’avance ou du moins une force de résistance plus grande à ces victimes de la bêtise humaine.

Au contraire, la réalité leur en ajoute plutôt une autre couche. L’exemple américain actuel nous dit que les Afro-Américains – par rapport à leur poids démographique – comptent proportionnellement plus de morts que les blancs.

UNE NOTE D’ESPOIR…

Sur ce, rassurez-vous, celui qui écrit ces lignes ne souhaite surtout pas cette pandémie à personne !

Avec ou sans vaccin, il veut plutôt continuer à croire que la solution gagnante consiste à vivre pleinement selon sa conscience, dans le respect des différences, mais aussi continuer à se protéger, à cultiver la santé et à vivre en partageant LE MEILLEUR DE SOI.

Alors, à tous et à toutes, souhaitons-nous de nous retrouver prochainement juste dans UN MONDE MERVEILLEUX !

* 2006… Les propos prémonitoires de Fred Vargas

La bêtise humaine...

Trop souvent, l’histoire des rapports entre humains est truffée d’idées préconçues, de préjugés, d’intimidation verbale et physique, de violence ;

d’exclusion, de racisme, d’antisémitisme, de machisme, de sexisme, d’âgisme, d’hétérosexisme, d’homophobie, de rituels mutilants, de meurtres, de chicanes de voisins, de calomnies ;

de désastres écologiques, de recherches maximales de profits, de braconnage, de gaspillage ;

de guerres, de nettoyages ethniques, de déportations, d’invasions, d’annexions, de guerres civiles, de colonisations et d’intra-colonisations, de tyrannies, de terrorismes ;

et plus près de nous, de maltraitances institutionnelles, de ci, de ça… et de ciussss…

Enfin, le mot FÉMINICIDE ne vient-il pas de faire son entrée dans le vocabulaire médiatique ? Juste depuis 2019 ! Et pourtant !

Il nous reste encore beaucoup de travail à faire…

VISITES VIRTUELLES…

ÉTÉ 2020 • JARDINS DIVERSIFORMES • AU FIL DU TEMPS…

En temps de pandémie, malgré les difficiles circonstances de distanciation sociale, nous avons quand même pensé à vous.

Dans le confort de votre demeure, nous vous invitons à participer à nos visites virtuelles offertes sur ce blogue, sous la forme d’articles et de reportages.

À bientôt !

ARTICLES SIMILAIRES…

L’écho-humanimalité

L’écho-humanimalité

À l’ère du coronavirus, la tentation est grande de blâmer le monde animal pour cette nouvelle pandémie, et pourtant…

Une vie, un jardin

Une vie, un jardin

Les rapports jardins-jardiniers s’inscrivent non pas dans la discontinuité ou la rupture, mais dans la continuité ou le chevauchement…

Le monde selon Harari

Le monde selon Harari

Il y a 13,5 milliards d’années, à l’occasion du Big Bang, naissaient l’espace et le temps. Et, il nous faudra attendre quelque 10 milliards d’années avant que se forme la planète Terre…

error: Contenu protégé !

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

Share This