Lejardinier, entre nature et culture…

SURVOL– Lorsque les gens arrivent pour visiter les Jardins diversiformes, nous les accueillons à l’entrée.

Louis fait alors une brève présentation en parlant de la floraison du mois en cours et il les invite à compléter leur visite en allant sur le blogue Diversiformes pour lire nos articles.

En terminant, il leur suggère de visiter la Boutique saisonnière pour voir les créations inspirées de la vie des Jardins…

Après le moment d’accueil, je prends la relève en leur expliquant l’émergence des Jardins, leurs diverses productions florales et potagères, leur entretien…

J’attire également leur attention sur l’histoire des jardins à travers les siècles, de l’antiquité à nos jours, par le biais des statues et des structures conceptuelles environnementales qui les attendent.

LA QUESTION QUI TUE…

Un jour, quelqu’un me posa une question à laquelle je ne m’attendais pas vraiment : est-ce bien vous qui faites tout cela ? En guise de réponse, j’ai été très affirmatif : hé bien oui ! nous sommes en effet, vos hôtes sont les jardiniers-concepteurs-réalisateurs des lieux.

Voir pour la première fois un tel étendu, un tel grand format, un tel aménagement paysager, en plein milieu urbain, ça peut être quelque peu déconcertant.

Et pourtant, quelle question révélatrice ! Dans notre société, au fil du temps, nous nous sommes éloignés, coupés de l’environnement, de telle sorte qu’il est à se demander si tout cela n’est pas un mirage, si tout ce que nos invités voient ne vient pas de l’extérieur, de marchands de fleurs, de fruits, de légumes ou de services paysagers.

Le mur est tel entre soi et la/sa nature, que l’on s’imagine difficilement pouvoir ainsi jardiner sa vie.

LE JARDINAGE, UN ANTIDOTE À LA SPÉCIALISATION DES TÂCHES

La spécialisation des tâches et des savoirs, la coupure entre les campagnes et les villes, entre les écosystèmes et la vie sont telle que l’unité entre l’humain et son milieu, le travailleur et son environnement semblent être rompu.

Pour quelques-uns, les Jardins diversiformes seraient l’aventure de romantiques inscrite dans une sorte de folklorisation qui n’a plus sa place de nos jours, bref, une perte de temps.

Définitivement, nous ne logeons pas à cette enseigne, à cette façon de voir la réalité qui mise sur la séparation de l’individu et de son écomilieu. Nos Jardins sont au contraire l’expression d’une réconciliation avec le monde des vivants d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Le jardinage demeure pour nous une forme de présence au monde, une forme de pratique d’art qui nous invite à joindre le corps et l’esprit, à faire unité avec notre double composante nature-culture, matière-création.

Dans et par nos Jardins, nous nous réconcilions avec nous-mêmes, avec le monde des vivants.

Vivre, chez l’humain, c’est s’insérer dans l’espace et le temps, s’enraciner dans un environnement à la fois matériel et immatériel.

Jardiner sa vie, c’est une façon – et non la moindre – de donner à l’aventure humaine tout son sens sur cette belle planète bleue.

 

 

error: Contenu protégé !

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

Share This