Le fleur de l’asclépiade
Photo à la une et autres photos : L. Couture

Mise à jour : septembre 2023

SURVOL – Dans l’article Les belles de juin, je vous présentais des fleurs rustiques qui fleurissent durant ce mois.

Je  vous propose maintenant quelques-unes de ces éternelles bannies qui, en juillet, animent les Jardins diversiformes.

En juillet, les fleurs rustiques montent à l’assaut de certaines de nos plates-bandes. J’utilise le mot « certaines », car vraiment on ne les implante pas nécessairement où on veut celles-là.

Ce sont plutôt elles qui décident de s’installer ici et là. Mais, pour rassurer les tenants d’une pratique horticole plus traditionnelle, il est entendu qu’on ne tient pas à leur laisser toute la place.

Car, ne l’oubliez pas, composer avec une, c’est souvent composer avec mille. Si on a un grand espace, ça peut être un atout.

La dernière fois, j’avais tenté de vous convaincre de laisser un rôle, aux marguerites des champs (Chrysantenum leucanthenum), aux salsifis des prés, et à quelques autres…

Ainsi, dans nos sarclages, nous avons appris à reconnaître plusieurs de ces plantes et, de plus en plus, on les laisse là où elles font notre bonheur. D’une année à l’autre, nous sommes surpris des résultats.

UNE PÉPINIÈRE DE FLEURS RUSTIQUES

Mais là, en plein mois de juillet, on a affaire à une telle variété ! On retrouve ainsi : l’asclépiade (l’amie indispensable du papillon monarque), la carotte sauvage, la chicorée sauvage, l’épilobe à feuilles étroites, l’érigéron de Philadelphie, l’eupatoire maculée, l’ipomée sauvage, le millepertuis commun, l’onagre bisannuel, la ronce odorante, la molène vulgaire et quelques autres.

Des plantes qui, avec le temps, viennent ajouter formes et couleurs aux Jardins diversiformes.

Il y en a une que j’aime bien, mais que je n’ai jamais réussi à introduire, même après bien des essais, c’est la vipérine vulgaire, la belle piquante à la floraison bleutée. Elle pousse à deux pas de chez nous et pourtant…

De passage dans Charlevoix, j’ai déjà aperçu une vipérine gigantesque dans le stationnement poussiéreux d’une quincaillerie. Elle semblait tellement s’y plaire, entre deux flaques d’eau de pluie.

BEAU DÉFI !

Alors, à quand une plate-bande outaouaise qui serait composée uniquement de fleurs rustiques ?

* * *

Autres articles : Fleurs indigènes

Référence : Les fleurs sauvages du Québec, Tome 2, par Lise et Pierre Daigle  •  Livre

De mois en mois • Au palmarès de la floraison des Jardins diversiformes

ARTICLES SIMILAIRES…

Bonjour septembre !

Bonjour septembre !

Dans les Jardins diversiformes, nombre de plantes, de fleurs et d’arbustes connaissent leur apothéose en fin d’été et même à l’automne…

Ah ! Ces couvre-sol diversiformes !

Ah ! Ces couvre-sol diversiformes !

Les couvre-sol peuvent être très variés. Au début, on ne sait pas trop lequel choisir. Dans cet article, je vous présente nos couvre-sol préférés …

Graminées, verticalité et jardins

Graminées, verticalité et jardins

Les graminées apportent une touche de magie et d’exotisme à un aménagement paysager. Je vous en présente quelques-unes qui aiment notre climat nordique…

error: Contenu protégé !

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

Share This