Brindilles, feuilles et vestiges du sarclage : la terre n’est jamais laissée à nue

SURVOL – Une visite dans les Jardins diversiformes, c’est une occasion pour faire la paix avec deux activités incontournables du jardinage : le sarclage et le compostage.

LE CYCLE REGÉNÉRATEUR

À la fin de l’automne et jusqu’à l’arrivée de l’hiver, nous préparons déjà le terrain pour les Jardins diversiformes du printemps qui va suivre.

Ainsi, depuis plusieurs années, nous avons décidé de prendre de l’avance et de couper le maximum de tiges et de végétaux asséchés, puis de les laisser sur place, le tout mélangé aux feuilles d’automne.

Nous pourrions aussi, attendre le retour du printemps, pour nous débarrasser de cette matière si riche, en la mettant dans des sacs verts, soit pour les ordures ou idéalement pour la remettre à la cueillette de compostage de la municipalité.

TROIS RAISONS NOUS ONT AMENÉS À CHOISIR UNE APPROCHE DIFFÉRENTE ET PLUS DURABLE

Tout d’abord, nous avons déjà beaucoup à faire avec le retour du printemps et aussi nous savons que l’hiver avec le poids de sa neige va nous aider à écraser, à broyer et à hâter la décomposition des brindilles qui se retrouvent directement sur les plates-bandes.

Cette couche organique forme une sorte de paillis naturels qui protègent les vivaces du froid.

Deuxièmement, nous préférons aussi redonner à la terre, directement sur place, ce qu’elle nous a donné durant les beaux jours, au lieu d’en faire un compostage à part en tas ou dans des contenants.

De plus, tout au long de l’été, nous laissons aussi sur place les herbes et autres végétaux que nous sarclons un peu partout dans nos plates-bandes.

Enfin, nous avons observé que cette matière organique se décompose assez rapidement et enrichit le terreau du jardin, tout en lui assurant un bon degré d’humidité.

Cette façon de faire empêche également la terre du jardin de se retrouver dénudée, sans protection, au gré du soleil et des intempéries.

TOUT VIENT À POINT À QUI SAIT ATTENDRE

Bien sûr, au printemps le coup d’œil peut surprendre, on peut penser que tout cela est trop brouillon ou amateur, voire même négligé, pour un jardin qui se respecte.

Mais, rapidement les plantes de toutes sortes se réveillent et tout redevient vert et fertile, exactement comme en nature et en forêt. Les débris que nous avions laissé sur place se fondent dans le décor.

Si la terre d’une plate-bande ne semble pas nourrir les plantes qui l’habitent et si la floraison est trop chétive, c’est qu’il y a problème.

Une des raisons se trouve peut-être dans cette tradition du ménage du printemps javellisant, certes louable pour le look, mais pas du tout adapté à la vie organique du jardin.

Pour que le jardinage soit moins vécu comme une corvée, la solution se trouve pour nous dans une façon de faire qui est plus en harmonie avec la nature qui nous entoure et le cycle des saisons.

error: Contenu protégé !

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

Share This