SURVOL – Je vous présente aujourd’hui quelques petits formats qui pour moi ont un goût d’hiver. Cette année sabbatique qui s’achève m’a permis de ressortir des croquis et des premiers jets réalisés lors des démonstrations offertes dans mes ateliers de peinture.

Façon de boucler la boucle, les images qui accompagnent ce texte ont eu pour déclencheur des éléments de ce matériau laissé en friche.

Fin novembre, les Jardins diversiformes ont beau entré en dormance, c’est aussi le signal pour que le jardinier en moi change de rythme en donnant libre cours à une autre forme de création. En effet, depuis plusieurs années, l’arrivée de l’hiver m’inspire concepts et projets qui prennent forme par la peinture, tout en mettant de la lumière dans des jours devenus trop courts.

Autre saison, autre création

Contrairement à bien d’autres activités, pourtant intéressantes, la peinture a la particularité de me garder bien en éveil durant les longs soirs d’hiver. On n’accueille pas toujours facilement ce passage du grand air à un espace plus intérieur, plus intime. Pour moi, la création est une bonne façon de ne pas vivre une sorte d’enfermement hivernal. Dans notre coin de pays, je ne cesse d’observer à quel point l’alternance des saisons suggère des palettes de couleur très variées et c’est aussi le cas en hiver. Année après année, mon cœur balance et s’étire entre le chaud et le froid.

Image et sens

Est-ce le mot qui appelle une image ou l’inverse ? Vaut-il mieux ou non donner un titre à un tableau ? Personnellement, la question m’amuse et je n’en sais rien. Chose certaine, depuis très longtemps, dans ma façon de faire, les deux formes d’expression se nourrissent mutuellement, et, l’écriture vient souvent donner sens à mes tableaux.

MISTER PÈRE NOËL – Le personnage central méritait-il de se faire traiter de père Noël ? Il me semblait que l’occasion était trop belle pour passer à côté d’un mythe si tenace qui chaque année refait surface en cette période festive pour les uns et trop commerciale pour les autres.  • Acrylique sur toile, 6 po x 8 po – 15,24 cm x 20,32 cm.

HIVER SANS CONSÉQUENCE – Oui, il y en a eu des superpositions là-dessus ! Cinq séquences verticales hard-edge, c’est-à-dire réalisées au ruban-cache, forment une composition assez rigide, et je me suis amusé, ici et là, à les faire disparaître sous ma poudrerie.
• Acrylique sur toile cartonnée, 8 po x 10 po – 20,32 cm x 25,40 cm.

PREMIÈRE NEIGE – Ce petit tableau aurait pu aussi s’appeler Accueillir l’hiver les bras ouverts, il y a là quelque chose de dansant, de festif, de bourrasque. Comme cela arrive souvent dans mes tableaux, des silhouettes humaines sont parfois au rendez-vous et comme le chantait Édith Piaf : « quand un homme vient vers moi, je vais toujours vers lui… »  • Acrylique et collage sur toile, 8 po x 10 po – 20,32 cm x 25,40 cm.

ARTICLES SIMILAIRES

Share This