Il y a 13,5 milliards d’années, à l’occasion du Big Bang, naissaient l’espace et le temps, la physique et la chimie, c’est-à-dire, la matière et l’énergie, les atomes et les molécules.

Puis, il nous faudra attendre quelque 10 milliards d’années avant que se forme la planète Terre de laquelle émergera la biologie, c’est-à-dire la multiplication des organismes.

L’Homo se fait chair

De plus, il y a de cela déjà 6 millions d’années, les humains se séparèrent des chimpanzés et se différencièrent entre eux. Car il y eut différentes espèces d’Homo – dont l’Homo rudolfensis (Afrique de l’Est), l’Homo erectus (Asie) et l’Homo neanderthalensis (Asie occidentale, Europe). Enfin, il y a 13 000 ans, l’Homo sapiens sera la seule espèce Homo vivante.

Le temps des connaissances, de la domestication et des empires

L’Homo sapiens connaîtra successivement une série de révolutions : la révolution cognitive (70 000 ans), c’est-à-dire le langage fictif et l’histoire. Beaucoup plus tard, soit il y a 12 000 ans, il sera confronté à la révolution agricole, c’est-à-dire à la domestication des plantes et des animaux. De cette révolution naîtront les empires perses, chinois et occidentaux.

Culture et nature

Les humains quittèrent les pratiques animistes pour se réfugier dans les religions polythéistes, et, de là, instituèrent les religions monothéistes, avec ou sans dieu – dont le Bouddhisme, il y a 2 500 ans, suivi du Christianisme et de l’Islamisme. Le surnaturel, les lois et les valeurs dicteront désormais au naturel. Le bien, c’est-à-dire l’âme, aura pour ennemi le corps, le mal, la matière.

Ce sera l’émergence des idéologies, de la conscience.

Là où la culture interdira, la biologie permettra.

Désormais, l’empire, l’argent et les croyances seront les pierres d’assise des grandes civilisations.

Science et industrie

Également, il y a 2 500 ans, l’Homo sapiens connaîtra la révolution scientifique, l’essor du capitalisme et la colonisation européenne en Amérique. Et 800 ans plus tard, la révolution industrielle fera rage.

Là où passeront les humains, nous observerons le déclin des espèces animales et végétales. Avec l’éthique de la consommation, le shopping, et l’utilisation du chimique sur les terres agricoles, l’environnement en prendra pour son rhume. À agriculture intensive, agression intensive!

Déclin de la famille, des communautés et des dieux

Progressivement, l’État et les marchés, l’offre et la demande remplacèrent la famille et la communauté. Et, aujourd’hui, l’Homo sapiens qui a mis plus de 70 000 ans à devenir ce qu’il est peut désormais quitter la Terre, transcender son propre monde, et détruire s’il le veut le monde qui l’a vu naître.

Après avoir fait confiance aux dieux, l’Homo sapiens revendiquera aujourd’hui le statut de ceux-ci. Pour se faire, il interviendra dans sa propre (re)production. Le dessin intelligent remplacera l’évolutionnisme darwinien et l’élèvera au rang de créateur.

C’est le déclin de l’humanisme, des droits et des libertés.

L’Homo sapiens peut désormais joindre l’inorganique à l’organique pour (sur)vivre. Il est son maître, son futur. Le bonheur s’inscrit désormais dans sa composition organique et cognitive.

Sapiens : par-delà nos croyances

Sapiens… sur lit d’orpin rupestre « Angelina ».
Photo à la une : L. Couture

SAPIENS : UNE BRÈVE HISTOIRE DE L’HUMANITÉ

Par Yuval Noah Harari, enseignant à l’Université hébraïque de Jérusalem.
Éditions Albin Michel, 2015. 501 pages.

Se situant à la croisée des connaissances scientifiques, anthropologiques, historiques, ce magistral livre nous invite à aller au-delà de notre confort quotidien, à transcender nos états de conscience, de croyances afin de mieux saisir le cheminement (im)matériel qui est nôtre, et ce, depuis nos origines. Livre à (re)lire.

error: Contenu protégé !

S'abonner à mon infolettre

Rejoignez ma liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. 

 

Louis Couture

Les Créations Diversiformes

Merci de votre inscription.

Share This