De Rébecca à Hébé. Photo à la une et autres photos : Lejardinier et L. Couture

SURVOL – Les Jardins diversiformes s’enracinent dans l’espace et le temps. Lorsque nous les traversons, nous refaisons en tant qu’humain, homme et femme, une partie du parcours matériel et culturel de notre émergence.

Jardiniers et visiteurs se retrouvent en présence de personnages mythologiques, historiques et bibliques encore si présents dans nos pensées. Au détour des sentiers, vous y rencontrez…

AKHÉNATON...

Akénathon est un pharaon égyptien énigmatique de la 18e dynastie. Il a vécu quelque 1350 ans avant notre ère. Il épouse Néfertiti qui aurait été d’une beauté à couper le souffle. C’était un indigné, un contestataire-né, un défricheur. Il abolit le culte d’Amon et y substitua celui d’Aton, le dieu soleil – dieu qui se voulait monopolistique, pardon monothéiste !

Akhénaton quitta la capitale Thèbes pour fonder, avec sa conjointe, la cité de leur rêve : La Cité d’Horizon.

Le couple était non-conformiste et moderne : amour des êtres et de la nature, de la justice et de la liberté, du réalisme et de l’absolu. Akhénaton n’était pas très fort en politique étrangère. Sous un très court règne (vingt ans), il perdit Mitanni, la Syrie et la Palestine.

Son successeur, Toutankhamon, rétablit l’ordre ébranlé et le culte d’Amon dans lequel les souverains, comme leurs sujets, sont sous libération conditionnelle.

APHRODITE...

Aphrodite a vécu autour de l’an 460 avant notre ère. Déesse grecque de l’amour et de la fécondité. Fille de Zeus et de Dioné. Elle voulait, à l’exemple de son père, inscrire ses amours dans l’infidélité, pardon! dans l’ouverture et la progéniture.

En cela, elle excella. Elle avait des relations charnelles au ciel et sur terre avec des dieux et des mortels. Elle était sans frontière, sans passeport.

Merci à statuecanada.com

LES GUERRIERS DE RIACE...

Les guerriers de Riace sont des témoins précieux de la grande production artistique grecque vers 460 av. notre ère. Ils semblent défier ou fixer l’ennemi. Ils sont présence. Ils sont en alerte, tendus, prêts à toute éventualité. Ils sont porteurs de sens, de singularité, de communication. Ils sont force, courage, beauté…

La nudité traduit précisément l’idéal aristocratique dans la Grèce antique. Souvent, les dieux et les athlètes du stade étaient sculptés avec pour seul vêtement cette nudité héroïque, légendaire, exprimant un trait de caractère, une présence exceptionnelle, envoutante. Langage du corps, de tout son corps par le corps, sans intermédiaire, sans voile, sans filtre, sans mode ou interdit. Dévoilons !

Merci à statuecanada.com

L'AMI PRIMO...

Lorsque nous tentons de répondre aux questions fondamentales de notre émergence, c’est-à-dire d’où nous venons, qui nous sommes et où nous allons, Primo, tel un chien de garde, ne cesse de nous rappeler à notre humanimalité. À nous enraciner dans la chair de sa chair. À la nature même de notre nature.

Ah ! ce cher Primo, tant adoré par les enfants ! Et des jardiniers des lieux, car en période hivernale, il vient réchauffer nos jardins intérieurs. Nos lectures. Nos imaginaires. Nos vies.

POSÉIDON...

Poséidon est le dieu grec de la mer. Il pouvait commander le pire et le meilleur des événements naturels. Il était son propre volcan. Ses frères Zeus et Hades étaient quant à eux dieux du ciel, et du monde souverain.

Quelle Sainte famille ! Avec l’aide d’Aphrodite, il a soutenu les Grecs dans la guerre contre Troie ! Les dieux sont fort humains…

HÉBÉ...

Dans la mythologie grecque, la déesse Hébé, fille de Zeus et d’Héra, personnifie la jeunesse, le mythe de l’immortalité. La plus contemporaine des contemporaines. La plus égo des égos. Elle est tout à fait chez elle dans notre monde avec son sourire à la Joconde. Car elle ne rit pas, elle sourit pour prévenir l’apparition de traits.

Elle préfère la prévention au traitement, fut-il de nature esthétique ! Domestique, elle servait le nectar aux dieux. Car les dieux comme les hommes aiment à être chouchoutés, maternés, infantilisés…

L'AMI FÉLIX...

Cette présence se veut un hommage à tous ceux et celles qui se laissent inspirer par la nature pour faire de notre culture un monde organique, vivant, poétique et …québécois.

Comme pour lui, nos souliers ont beaucoup voyagédans nos jardins intérieurs et extérieurs. Il ne cesse de nous rappeler à la vie, au rêve, à l’amour du terroir en soi, en l’autre et en notre monde.

RÉBECCA...

Rébecca, personnage biblique, épousa Isaac, le fils d’Abraham, l’ancêtre des Arabes et des Juifs. Isaac échappa au couteau de son père. Car Yahvé avait ordonné à ce dernier de le tuer. Ce n’est pas d’aujourd’hui que les dieux capotent ! Heureusement que ce dieu-là changea d’idée. Politicien calculateur, s’il en est un, il accepta finalement comme compromis un sacrifice animal. Yahvé ne pouvait-il pas se passer de pouvoir, de sang ? De Rébecca naîtront Ésaü et Jacob.

Avec Rébecca, nous sommes au croisement d’une humanité qui devança notre ère de plus de quelque quatre mille ans. Fondamentalement, rien n’a vraiment changé : les vengeances et les tueries se poursuivent toujours avec la bénédiction des dieux et des pouvoirs en place. Rébecca est la plus humaine de nos statues. Elle fut la première à habiter nos jardins, et ce, à juste titre.

Merci à statuecanada.com

SAINT FRANÇOIS D’ASSISE...

Saint François d’Assise (vers 1181 à 1226). Un autre qui n’aime pas le faste et la liberté des autres! Il rompt avec sa riche famille marchande et devient missionnaire, prédicateur itinérant et fondateur de l’ordre des franciscains.

Il voulut convertir le sultan d’Égypte (1219) lors d’une croisade. Hélas ! il réalisa de visu qu’il est plus facile de soumettre la plèbe qu’un seul des grands de ce monde ! Le sultan, homme poli, l’écouta, sans plus. Hélas ! il réalisa de visu qu’il est plus facile de soumettre la plèbe qu’un seul des grands de ce monde ! Le sultan, homme poli, l’écouta, sans plus.

Écologiste avant la lettre, François écrivit le Cantique du frère Soleil ou Cantique des créatures peu de temps avant sa mort. Ce fut le premier grand poète en langue italienne. La pauvreté, l’ascèse, la religion mène à tout !

Merci à statuecanada.com

BOUDDHA...

Bouddha naquit vers l’an 556 dans le Sud-Est du Népal. Il quitta le palais royal de son père pour aller sur les chemins qui mènent à la Vérité. D’austérité en austérité, il n’y parvient pas. C’est l’être à la fois le plus ignoré et le plus imité à ce chapitre chez nos politiciens contemporains !

Il ne restait donc qu’un choix à Bouddha : se libérer de la vie elle-même en y renonçant, en faisant preuve de compassion, d’ouverture aux autres et d’oubli de soi. Pas très moderne, ce monsieur ! Pas très bien perçu, il va de soi, dans nos sociétés démocratiques de classe! Il est le fondateur d’une communauté monastique (Sangha).

Cette manie qu’ont les grands de ce monde à sacrifier la liberté des autres en codifiant leur comportement, en les enfermant. Avec le temps, les pensées du saint homme furent transformées en dogmes religieux. La récupération politique laïque ou religieuse n’est pas d’aujourd’hui!

ARTICLES SIMILAIRES

Share This